Zone de Texte:
Félix LABISSE

Biographie

Eléments de biographie 

 

 

1905

          9 mars, naissance de Félix Labisse à Marchiennes dans le Nord.

          Enfance à Douai. Terrorisé par les bombardements durant la guerre 1914-1918. 

1922

          Séjour à Ostende. Ecole de pêche maritime. Première rencontre avec James Ensor.

1924

          Premières peintures.

1925

          Service militaire de dix-huit mois à Cambrai, puis à Valencienne.

1927

          Se lie à Ostende avec James Ensor, Constant Permeke, Léon Spilliaert, Henri Vandeputte, Jean Teugels et le futur cinéaste

          Henri Storck. Fonde une galerie d’Art, la « Galerie d’Art Moderne », avec sa sœur Ninette.

1928

          Fonde avec Henri Storck le « Club du Cinéma d’Ostende ». Première exposition particulière. Commence à écrire des récits et des poèmes.

1929

          « Pour vos beaux yeux », court métrage d’Henri Storck sur un argument de Félix Labisse, avec pour acteurs : Henry Van Vyve, Labisse, sa sœur Ninette, Alfred Courmes.  

1930

          Fonde avec Henry Van Vyve la revue Tribord (5 numéros en 1930 et 3 numéros en 1931). Première ébauche d’un récit titré « La Déesse » dont il existera trois versions entre 1930 et 1933. Tient le premier rôle dans « La Mort de Vénus », court métrage d’Henri Storck réalisé durant l’été.

1931

          Premiers contacts avec Michel de Ghelderode. Peintures murales représentant des portraits d’écrivains à la librairie Corman à Ostende. Décors pour « Liliom » de Ferenc Molnar mis en scène par Raymond Rouleau au Théâtre Royal des Galeries à Bruxelles.

1932

          Début de ses séjours à Paris. Rencontre Jean-Louis Barrault, Robert Desnos, Antonin Artaud, Roger Vitrac, Germaine Krull.

1933

          Tient un rôle de figurant dans « Zéro de conduite » de Jean Vigo. Expose « Histoire des guerres et Uniformes pour la prochaine » à la Galerie Le Studio à Ostende.   

1935

          Décors et costumes pour « Autour d’une mère » d’après « Tandis que j’agonise » de William Faulkner, premier spectacle monté par Jean-Louis Barrault au Théâtre de l’Atelier. Rencontre Jacques Prévert et André Masson.

1936

          Partage son temps entre Paris, Ostende et Knokke - Le Zoute. Peint « Le Jardin des Hespérides ».

1937

          Rencontre Max Ernst et Raymond Queneau.

1938

          En janvier, exposition particulière au Palais des Beaux-Arts de Bruxelles. Rencontre sa future épouse Jony Herlin. Réside l’hiver suivant à Bruxelles dans l’entourage de René Lust. Rencontre René Magritte et Paul Delvaux.

1939

          Mobilisé le 2 septembre, il rejoint Cambrai puis la 1ère Compagnie de Camouflage qui s’installera en mars 1940 au château d’Ermenonville. Il est séduit par le paysage environnant, véritable lieu de sortilèges. 

1940

          En juin, retour à Paris. Décors pour « Noé » d’André Obey représenté en mars 1941 à la Comédie - Française. 

1941 

          Peint des arbres anthropophages. Il passe l’hiver 1941-1942 au Château-Légier à Fontvieille à l’invitation de Pierre et Suzy Delbée. Découverte des Baux de Provence et de Montmajour.

1942 

          Décors et costumes pour « Hamlet » de Shakespeare monté par Christian Casadesus et la Compagnie du Regain. Peint « Les malheurs de la guerre ». S’installe à Montparnasse 31 bis rue Campagne Première dans un atelier qui avait appartenu à Man Ray. 

1943 

          Grande activité picturale. Importante transformation dans la forme et dans l’esprit. Peint notamment « Le Bonheur d’être aimée », « La Fille prodigue », « Les Courtisanes ». 

1944 

          Illustrations pour « Le Bain avec Andromède » de Robert Desnos. Compose les 30 dessins de son « Histoire naturelle » qui sera publiée en 1949. Décors et costumes pour « L’Annonce faite à Marie » de Paul Claudel monté par Christian Casadesus et la Compagnie du Regain. Expose « La Matinée poétique » au Salon des Tuileries et « L’Aventure permanente » au Salon d’Automne. 

1945 

          « La Parque du Prince », « Bonjour Marie », « Le sixième acte de Bérénice »… Expose « La Partie du roi » au premier Salon de Mai. Il passe l’été au Zoute au Moulin Siska dont il devient pour plusieurs saisons le locataire. Participe à l’exposition « Surréalisme » à la Galerie des Editions La Boétie à Bruxelles.

1946 

          Expose « Jeune figue posant pour Léonard de Vinci une Annonciation » au Salon de Mai. Décore les ballets du film « Un Revenant » de Christian-Jaque sur un scénario d’Henri Jeanson. Christian Dotremont lui consacre une monographie. Rencontre Boris Vian. Présente « Charlotte Corday » au Salon d’Automne.

1947 

          Peintures - objets. Fréquente les Surréalistes révolutionnaires. Exposition à la Galerie d’Art du Faubourg. Décors et costumes pour « Le Procès » de Kafka, dans une adaptation d’André Gide, mis en scène par Jean-Louis Barrault. Alain Resnais lui consacre un court métrage.

1948 

          Décors pour « Partage de Midi » de Paul Claudel mis en scène par Jean-Louis Barrault.

1949 

          Décors et costumes pour « Paris - Magie » de Lise Deharme et Germaine Tailleferre à l’Opéra - Comique. Entreprend à la demande de l’Opéra de Paris un important travail de décoration pour le « Faust » de Gounod, projet qui n’aboutira pas. Réalise une série d’illustrations pour « La Vie secrète d’Ysabeau de Bavière » du Marquis de Sade.

1950 

          Accompagne la Compagnie Renaud - Barrault au Brésil, en Uruguay et en Argentine. Il est très impressionné par la nature, les mulâtresses et la magie brésilienne.

1951 

          S’installe à Neuilly sur Seine, 21 rue Saint James, dans la maison conçue par sa compagne. Décors pour « Le Diable et le bon Dieu » de Jean-Paul Sartre mis en scène par Louis Jouvet.

1952 

          Décors et costumes pour « La Farce des Ténébreux » de Michel de Ghelderode.

1954 

          Participe à la Biennale de Venise dans la section Art fantastique.

1955 

          « Portrait de Claude Bessy ». 

1956 

          Organise avec Jef de Vlieger une rétrospective de Salvador Dali au Casino de Knokke.

1957 

          Décors et costumes pour « Le Martyre de Saint Sébastien » de Gabriele d’Annunzio et Claude Debussy au Théâtre National de l’Opéra. Nouvelle décoration murale avec des portraits d’écrivains pour la librairie Corman à Ostende. Peint de nombreux tableaux inspirés par la sorcellerie populaire. « Hommage à Gilles de Rais ». Deuxième voyage au Brésil. Publie « Le Sorcier des familles ».

1959 

          Troisième voyage au Brésil. Est nommé commissaire de la Biennale de Sao Paulo. 

1960 

          Premier « Portrait de Maria d’Apparecida ». Rétrospective au Casino de Knokke.

1961 

          Henri Storck lui consacre deux courts métrages : « Les Malheurs de la guerre » et « Le Bonheur d’être aimée ».

1962 

          Peint « MCCIV ». Invente les « libidoscaphes ». Exposition au Musée Galliera avec Lucien Coutaud et Robert Couturier.

1964 

          Apparition des premières femmes bleues dans sa peinture. Participe à l’exposition « Le Surréalisme » organisée par Patrick Waldberg à la Galerie Charpentier à Paris. Invente les Grands D. 

1965 

          « Artifiction ou les Grands D » à la Galerie Europe. Peint à Hyères ses premières Sélénides. Sixième voyage au Brésil.

1966

          Est élu à l’Académie des Beaux-Arts. Décors et costumes pour « Le Roi d’Ys » au Théâtre National de l’Opéra.

1967

          Premières peintures inspirées par la guadeloupéenne Josy Gradel. Septième voyage au Brésil. Décors et costumes pour « Jeanne d’Arc au bûcher » de Paul Claudel à l’Opéra municipal de Rio de Janeiro. Robert Hessens lui consacre un court métrage.

1968

          Voyage en Côte d’Ivoire. Expose à Abidjan. Participe à l’exposition « Trésors du Surréalisme » au Casino de Knokke.

1969

          Rétrospective au Palais des Beaux-Arts de Charleroi.

1972 

          Expose ses « Faiseuses d’histoire » à Paris à la Galerie de Seine et à Bruxelles à la Galerie Isy Brachot.

1973 

          Rétrospective au Musée Boymans van Beuningen à Rotterdam. Peint « Le Conseil de Sang ».

1974 

          Membre du jury du Festival de Cannes.

1975 

          Expose « Les 400 coups du Diable » à Bruxelles à la Galerie Isy Brachot.

1976 

          Peint « Le Rendez-vous sur le Bloksberg » et « Célébration jubilaire du grand autodafé de Tolède ».

1977 

          Expose « Les 400 coups du Diable » à Paris à la Galerie des Grands Augustins.

1978 

          Peint une série de toiles inspirées par les cénobites ou pères du Désert, notamment « La Grande Thébaïde ».

1979 

          Rétrospective au Casino d’Ostende.

1981 

          Dernière exposition avec « Les Mystères d’Isis ».

1982 

          Décède à Neuilly sur Seine le 27 janvier.

Tous droits réservés © Myb 2010